Des nouvelles de notre ONG partenaire à Kaboul : En Afghanistan l’hôpital français résiste tant bien que mal, mais jusqu’à quand ?

15 Oct 11:00 par Prodie Santé

W1siziisijiwmjevmtavmtuvmdkvmjuvmtcvyjfjnzi2y2mtotu1ns00mme4ltk5otytnzezymmxmmfizje5l09ory1lywjvdwwtlmpwzyjdlfsiccisinrodw1iiiwiodawedq1mcmixv0

L’hôpital français de Kaboul est le plus grand et probablement le meilleur hôpital de tout le pays. Il emploie environ 1000 salariés et c’est le seul à posséder une réanimation néonatale et à pouvoir procéder à certaines chirurgies complexes. Le personnel qui a pu ou dû rester sur place fait preuve de résilience et d’adaptabilité malgré le grand bouleversement qu’a entraîné l’arrivée des talibans au pouvoir. Beaucoup continuent leur travail avec la peur au ventre.  Mais d’autres problèmes guettent, économiques ou en rapport avec le blocage des fournitures médicales qui n’arrivent pas à destination. De plus, de nombreux médecins et infirmières, des femmes et des hommes, sont partis précipitamment du pays. Le président de La Chaîne de l’Espoir, Éric Cheysson, explique dans une interview récente qu’il existe une liste d’attente de 210 enfants qui doivent être opérés à cœur ouvert dans les mois à venir et qu’à défaut, ces enfants perdraient la vie, tout simplement. 


Prodie Santé a développé un partenariat avec La chaîne de l’espoir. Au fil du temps, plus qu’une collaboration, des liens solides se sont tissés entre les deux entités. Nous avons suivi avec une grande préoccupation le déroulement des évènements en Afghanistan depuis le départ des troupes étrangères jusqu’à l’arrivée au pouvoir des Talibans. Le départ des troupes américaines a révélé un pays dont la population est victime collatérale d’une guerre inefficace. Beaucoup d’Afghans auront tout vu : les chars soviétiques, les armées extérieures, les moudjahidines, les talibans, les propriétaires tribaux, les exécutions, les drones, les villages détruits, les familles décimées. Toutes ces années de violence ont laissé derrière elles beaucoup de morts, une société déstabilisée, une pauvreté et une souffrance endémiques.


Permettre à tous de vivre en bonne santé est un des principaux Objectifs de Développement Durable des Nations Unies. Grâce au travail des médecins et du personnel médical de l’hôpital français de Kaboul, des avancées significatives ont permis d’augmenter l’espérance de vie et de réduire certaines causes majeures de mortalité infantile et maternelle.  Prodie Santé se tient prêt à apporter son soutien indéfectible à La Chaîne de l’Espoir et à tout son courageux personnel. C’est une mission plus cruciale que jamais et leur combat pour la santé est un exemple à suivre. Eric Cheysson espère que la continuité des soins pourra être assurée et que des terrains d’entente seront trouvés afin que le personnel puisse continuer à exercer sa mission sans entraves, pour le bien de la population afghane.  Car après tout comme l’auteur du Quijote l’avait écrit en son temps : “Où il y a de la vie, il y a de l'espoir.”